Click on the flag to choose the language.

  • Nous vivons un moment important de l'histoire du pays et du monde. Un moment de profond changement, selon certains, semblable à celui vécu dans la transition du Moyen Âge à la modernité. La crise de la représentation politique dont nous parlons aujourd'hui, mais aussi des phénomènes aussi différents que l'informalité, l'économie ou l'augmentation des dépressions et des problèmes de santé mentale, ne seraient que les effets de cette transition majeure.

    Nous vivons au Pérou et au niveau mondial une transformation de la sensibilité des personnes, qui se produit à la suite d'un changement dans la façon dont la société produit les individus. Le sociologue Danilo Martucelli, qui revient sur les 60 dernières années à Lima, affirme qu'ici "il y a un individu qui se sent obligé de s’occuper de lui-même. Un individu conscient des énormes inégalités, mais convaincu que cela ne dépend pas de l'État, et qui utilise donc toutes les ressources à sa disposition pour atteindre son bien-être. Pour Martucelli, l'individualisme de Lima est donc une variante, à forte personnalité, de l'individualisme génétique propre à l'Amérique latine. Si tel est le cas, et c'est ce que cet article tente de soutenir, ce problème n'est pas seulement local.

  •     Le vote récent du Parlement européen contre le gouvernement hongrois demande l'application de l'article 7 du traité de l'Union européenne, qui permet aux institutions européennes de soumettre un Etat membre à une sanction en cas de violation manifeste d'un des principes fondamentaux de l'Union : la démocratie. Il est bien connu qu'une telle demande ne produira pas d'effets, puisque la décision finale doit être prise par le Conseil européen, où plusieurs gouvernements, comme ceux de la Pologne, de l'Autriche et de l'Italie, sont du côté du gouvernement de M. Orban.

         Toute cette histoire est la manifestation la plus récente de la crise historique que traverse la démocratie représentative moderne en Europe et en Amérique. Une telle crise concerne la compréhension de ce qu'est la démocratie. Les pratiques démocratiques modernes reposent sur l'idée fondamentale de créer des limites explicites et inviolables à tout exercice du pouvoir et de l'autorité, de sorte que même le pouvoir du peuple est soumis à une limite fixée dans la liste des droits et des devoirs des citoyens et des différentes communautés. D'autre part, l'idée de démocratie propre à plusieurs mouvements politiques en Europe et à l'administration de Trump aux Etats-Unis repose sur l'idée que le processus démocratique consiste en un simple mandat populaire qui permet au vainqueur d'une élection présidentielle ou à une majorité au Parlement de se considérer comme le seul représentant légitime de la " volonté générale " de la nation.

  • Démocratie et Spiritualité est une association française crée en 1993 qui réunit des personnes de sensibilités diverses, pas nécessairement croyantes, mais engagées dans différents champs de la vie sociale, pour réfléchir, en commun, aux relations entre démocratie et spiritualité dans la France d’aujourd’hui.

    La Charte qui unit ses membres repose sur la conviction que, d’une part, les démocraties ont besoin d’une dimension éthique et spirituelle pour mener à bien leur promesse d’égale dignité de chacun, et que, d’autre part, les spiritualités et religions ont un besoin de régulation démocratique pour pacifier leur face obscure potentiellement violente. Comment donc faire en sorte que les relations entre « démocratie » et « spiritualité » soient fécondes ?