Click on the flag to choose the language.

Les scandales d’abus sexuels créent une situation nouvelle et nos mouvements sentent la nécessité d'agir. Mais comment? L’objectif de ce forum d’échanger des expériences en réponse à l’appel du pape du 24 août 2018. (Pour les autres langues, cliquer sur le drapeau à gauche).

  Résumé traduit de l'article paru dans la revue Coscienza n°1-2/2013, extrait du livre "Dios en la ciutad" (Card Bergoglio, San Pablo 2013) Article complet en italien sur le site de Munera

   Le regard transcendant de la Foi conduit au respect et à l’amour du prochain, et aide à être concrètement citoyen. Les images de l’Evangile qui me plaisent le plus, montrent ce que Jésus suscite chez les gens qu’il rencontre dans la rue: Zacchée qui rétablit des relations de justice avec ses concitoyens, Bartimée qui cesse d’être un marginal, l’hémoroisse acceptée dans une société qui l’excluait. Ce sont images de rencontres fécondes.

             Dieu vit dans la cité. Ceci nous pousse à sortir pour le rencontrer, constuire des relations de proximité, combattre la tentation du “non regard” celle des pharisiens, de ceux qui passent outre.

Le non regard est celui d’un sujet abstrait (non vivant) qui observe des choses abstraites avec des paradigmes abstraits. Le regard de Foi est celui d’un sujet vivant, qui regarde des réalités vivantes au milieu desquelles Dieu vit.

            L’anti-cité croit avec le non regard, car la plus grande exclusion est de ne pas voir l’exclu. La cité humaine croit avec le regard qui reconnait l’autre comme citoyen. Ainsi le regard de Foi est ferment de citoyenneté, il permet au Seigneur de s’incarner de nouveau dans le monde tel qu’il est.

Traduit d'un article de la revue Coscienza, extrait du livre "Dios en la ciutad" (San Pablo 2013) Article complet en italien sur le site de Munera

Vous n'êtes pas autorisé à poster des commentaires