Imprimer
Affichages : 2771

Interview du pape François pour les revues jésuites. (Résumé seconde partie.)

Il y a toujours besoin de temps pour poser les bases d’un changement vrai et efficace. Ce temps est celui du discernement qui se réalise toujours en présence du Seigneur, en étant attentif aux signes, au ressenti des personnes, spécialement des pauvres. J’associe la sainteté à la patience: une constance dans le fait d’aller de l’avant, jour après jour.

Ce dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le coeur des fidèles, la proximité, la convivialité. Nous avons besoin de ministres de miséricorde. La première réforme doit être celle de la manière d’être

Une pastorale missionnaire n’est pas obsédée par la transmission d’une multitude de doctrines à imposer, mais elle se concentre sur l’essentiel, ce qui rend le coeur tout brûlant.

L’annonce de l’amour salvifique de Dieu est première par rapport à l’obligation morale et religieuse.

Les relations oecuméniques consistent aussi à reconnaître ce que l’Esprit a semé dans l’autre comme un don qui nous est aussi destiné.